Suite de l'étape 24 - Ponferrada - Villafranca del Bierzo ( 24 km )

Après l'éternel rituel douche et compagnie, je me rends à la fameuse porte Del Pardon et la touche, on ne sait jamais…

Au moyen âge, beaucoup de pèlerins mourraient d'épuisement ou de maladie en arrivant à Villafranca. Le pape décida alors que le pèlerin qui arriverait à Villafranca et toucherait la porte côté gauche de l'église, aurait le même pardon que s'il avait atteint Santiago.

 

 

Dans le village je rencontre Théresa l'Allemande et sa copine. Elles sont dans une autre auberge, beaucoup plus "typique" que la mienne très moderne. Elles m'invitent à boire un verre de vin rouge après dîner, vers 20 heures. Pour elles, boire du vin rouge est très "exotique".

Sacrilège ! ça ne les gêne pas de laisser la bouteille sur la table en plein soleil (car il fait chaud y compris à 20 heures). Malgré tous mes efforts (je la ferai tremper sous un filet d'eau froide pendant ¼ heure ) j'aurais beaucoup de mal à faire baisser la température du précieux breuvage.

Pour le second verre, je finirai par le mélanger avec de l'eau, ce qui va interpeller Thérésa. Elle me demande s'il n'est pas bon…et semble un peu embarrassé d'avoir peut-être choisi de la piquette ?…Je lui explique que j'ai très soif…mais mon niveau d'anglais ne me permet pas de me lancer dans des explications œnologiques….

La nuit est impossible ! Déjà hier à Ponferrada, jusqu'à minuit, j'ai eu droit à des "feux d'artifices", mais uniquement les fusées qui font du bruit..pas celles qui illuminent le ciel…Et aujourd'hui, idem…il y a de la fête nationale ou quelque chose du genre dans l'air…bientôt ce sera la St Jean..c'est peut-être lié.

Non content d'avoir le bruit, il fait une chaleur épouvantable dans les dortoirs, et ce, malgré les fenêtres grandes ouvertes.

Je ne m'endormirai que vers minuit trente, et me réveillerai à 3 heures !!! Impossible de me rendormir. Finalement je me lève à 4 heures et part à 5.

 

etape suivante