Pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle - GR65 - Le Puy en Velay

8ème étape - d’Espalion à Golinhac - 18 km

Je me réveille à 7 heures et je reste au lit pour regarder télématin, je descends prendre mon petit déjeuner à 7 h 30, j'ai oublié mes ennuis de la veille, même si j'ai encore quelques douleurs : le moral est meilleur.
Je mange bien, règle la chambre et fais tamponner mon créanciale. Je pars en laissant mon sac à dos en consigne le temps d'aller faire quelques courses pour manger le midi.
J'achète également une carte IGN afin de trouver la variante qui évite Cahors car je n'ai pas envie de passer par les grandes villes, je retourne chercher mes affaires à l'hôtel et je retrouve Louis au café du commerce.


Je le sens un peu sur la réserve car il doit se demander ce que je vais lui annoncer, vue mon humeur de la veille ; Il faut dire qu'il a eu du mérite de supporter ma mauvaise humeur.
Je lui annonce ma décision de continuer même si mes pieds, mes bras et ma cheville me font souffrir. A cette occasion je lui donne ma nouvelle devise : « serre les dents, ferme ta gueule et marche », ça résume mon état d'esprit du moment.
Nous repartons pour Estaing (pour Louis) et Golinhac (pour moi). Vue la distance qui sépare ces deux villes, nous allons marcher séparément pendant deux ou trois jours et nous retrouver à l'Hospitalet.


Je marche bien et étonne un peu Louis qui ne me reconnaît pas par rapport à la veille. Le plus dur était de prendre la décision de continuer ou de s'arrêter, une fois cette décision prise il reste à assumer.
A 13 heures nous arrivons à Estaing, ville où se trouve le château récemment acheté par Valérie Giscard du même nom (d'emprunt).
Louis part à la recherche des moines avec qui il va partager le pain, la messe et la vaisselle ! Moi j'attends l'ouverture de la pharmacie car mes bras ont sale allure.


A 14 heures je rentre dans la pharmacie et la pharmacienne voyant l'état de mes avant bras s'écrie « Mon Dieu » ! En riant, je lui dis « restons simple et appelez-moi Georges ! ». Nous partons à rire et elle va me préparer une sorte de cataplasme qu'elle applique sur mes bras puis me vend un gel à appliquer tous les soirs (OSMO SOFT BRULURES) et une crème solaire à écran total.
Au moment de payer, mon pantalon se déchire en deux : nouvel éclat de rire, elle téléphone à son ami qui vend des pantalons (chance qu'il ne vende pas des aquariums ou des sacs poubelles!). Il arrive avec quelques modèles, j'en trouve un à ma taille et, refait à neuf, je reprends la route pour Golinhac.


La montée jusqu'au gîte « Le Battedou »<sup>(4)</sup> &nbsp;est physique, l'emplacement est superbe, au milieu des montagnes, il n'y a rien à des kilomètres à la ronde. Pour rejoindre le village de Golinhac, demain, je vais devoir démarrer par plus d'une heure de montée ininterrompue, mais au moins aujourd'hui je suis sec.
L'accueil, la chambre et le cadre sont vraiment sympas. Je peux enfin avoir Sabine au téléphone, les nouvelles sont bonnes, elle a eu TF1 qui lui a annoncé qu'elle serait payée pour sa prestation au jeu « Un contre Cent ».


Le repas est agréable, les gens de l'Essonne et des Ardennes sont là, ainsi que la « rascasse » qui s'est vraiment incrusté parmi eux.
Demain ils montent en voiture jusqu'à Golinhac car ils préfèrent éviter la montée ! C'est un choix. On me propose d'en faire autant mais je décline l'invitation.


A 22 heures retour en chambre, j'ai du mal à m'endormir.

(4) Ferme table d'hôte Le Battedou, 12140, Golinhac

estaing
Le château d'Estaing

battedou
La vue de ma chambre depuis Le Battedou

etape suivante